Se connecter

Horaires de Chabbat

Vendredi 21 juillet
Allumage avant 21h07

Samedi 22 juillet
Sortie de Chabbat : 22h13

E-MAGAZINES

Télécharger les derniers numéros de nos magazines

Chabbat Chalom 2330
Chabbat Chalom 2329

Judaicia

« Offrir une vision différente de la cacherout »

Maître d’œuvre de ce premier « Kosher Day » organisé à Strasbourg, le Rabbin Claude Spingarn a travaillé d’arrache-pied pour faire de cette journée du 3 février une réussite. Son objectif : parler de la cacherout au plus grand nombre et la présenter de manière ludique. Entretien avant la coup d’envoi de cette grande journée du « manger cacher ».

- Pourquoi ce « Kosher Day », tout d’abord ?
- Claude SPINGARN : C’est un rêve que je caresse depuis de nombreuses années. Nous avons tous besoin de réflexion autour de ce qu’est la cacherout, ses nouveaux défis, son évolution et son coût, bien évidemment. De même, nos textes sont très riches de sens à donner à ce que nous consommons. Cette journée saura, je l'espère, nourrir notre esprit, notre corps et nos talents ; notre visée : se souvenir du mot si subtil de Manitou : « la cacherout ne doit pas cacher la route ».
Elle ambitionne, pour l’équipe avec laquelle je travaille, de rassembler des centaines de personnes au sein de notre centre communautaire. Elle s'articulera autour de trois pôles, ludiques et instructifs : des tables rondes, des stands divers ainsi que des démonstrations culinaires. Une garderie pour nos enfants permettra de libérer nos jeunes mères de famille tout en présentant, avec le Centre des Jeunes, un programme alléchant à ces groupes d'âges. Trois tables rondes développeront des sujets d'actualité: le coût élevé de la Cacherout, l'avenir de la Che'hita en Europe et enfin, les différentes listes de Cacherout. A l'espace Noah, différents ateliers ouverts au public présenteront diverses démonstrations culinaires.
Cette journée est placée sous l'égide du  Beth Din et de son responsable administratif, du Rabbinat, du Consistoire ainsi que de la C.I.S. Naturellement, une restaura ration rehaussera l'impact de cette rencontre conviviale.

- Quel est le rapport des juifs aujourd’hui avec la cacherout, selon vous ?
- C.S. : La cacherout touche chaque personne de la communauté dans sa quotidienneté, D'autres, à un moment ou à un autre ont un lien avec le cacher. Un des rôles de nos dirigeants, de l’équipe rabbinique, du Dayan et du Beth Din exige de répondre à ces défis. Les enjeux de la Cacherout sont multiples, Il faut garantir, proposer une gamme de produits, et aider nos coreligionnaires à comprendre les enjeux de la cacherout. De plus, il est trop souvent dit que manger cacher a un coût bien trop élevé. Je me rappelle encore des prises de positions du si regretté Grand Rabbin Perez, de ses coups de colère. A une période de crise si lourde, si grave, à un moment où les paniers du cœur ont tant d'aide à apporter, je ne peux entendre que l'on se prive pour raison de coût. Ce sera justement l’un des thèmes de ce « Kosher Day ». Notre objectif est d’être transparent.

- Une critique du cacher est basée sur le goût. Partagez-vous cette opinion ?
- C.S. : De nos jours, déguster de bonnes choses est essentiel, et le cacher se doit d’être bon. L’exemple des vins est significatif, selon moi. Il y a de nombreuses années, les vins cachers ne pouvaient pas concurrencer les autres vins. Aujourd’hui, ce n'est plus le cas. Un sommelier de renommée européenne attestera par ses dégustations durant toute cette journée de la qualité de nos produits. La créativité existe également dans le cacher ! Nous aurons l’occasion de le démontrer, à travers les ateliers prévus à cet effet. 

 

Galerie photos: