Se connecter

Horaires de Chabbat

Vendredi 18 août
Allumage avant 20h24

Samedi 19 août
Sortie de Chabbat : 21h24

E-MAGAZINES

Télécharger les derniers numéros de nos magazines

Chabbat Chalom 2334
Chabbat Chalom 2333

Judaicia

Dîner du CRIF : un moment privilégié

Le 17 juin dernier, se tenait, au Pavillon Josephine de Strasbourg, le dîner annuel du CRIF Alsace. Cette année, Son Excellence Yossi Gal, Ambassadeur d'Israël, et Roger Cukierman, Président du CRIF et vice-Président du Congrès Juif Mondial, étaient présents. Retour sur cette soirée et les discours tenus.

Pierre Lévy – Président du CRIF Alsace – a remercié chaleureusement toutes les personnalités qui ont tenu à s’associer à cette manifestation, mais surtout aux actions que mène le CRIF pour lutter contre l’antisémitisme et le racisme et pour promouvoir les valeurs des droits de l’Homme et de la République, garantes de la qualité de notre vie quotidienne et de notre avenir. Il a entre autres mis l’accent sur le fait que de nombreuses barrières étaient  tombées et des dangers que cela pouvait  engendrer.

Tous les dirigeants des instances religieuses, les représentants spirituels de toutes les religions étaient présents, illustrant ainsi la qualité du dialogue entre toutes les confessions et la confiance réciproque qu’elles s’accordent.

L’ensemble des représentants de l’Etat, et plus particulièrement le Préfet de Région et du Bas-Rhin, des collectivités territoriales, des parlementaires, des associations telles que la LICRA ont témoigné de leur engagement aux côté du CRIF pour défendre des valeurs partagées.

Alain Fontanel, 1er adjoint au Maire de Strasbourg, a tenu a rappeler la collaboration entre la Ville et le CRIF « acteur de la cité », qui assure son rôle d’« alerte des consciences et des publics ». Il a tenu à préciser que la Ville sera toujours aux côtés du CRIF.

Son Excellence l’Ambassadeur d’Israël, Yossi Gal a d’abord rappelé la solidarité d’Israël avec les jeunes kidnappés. Ce drame illustre la vacuité de l’accord entre le Fatah et le Hamas. En choisissant l’alliance avec le Hamas, on choisit l’alliance avec le terrorisme.

L’Ambassadeur a dit sa fierté des relations entre Israël et la France qui soutient toutes les actions en faveur de la démocratie. C’est le rêve d’Israël d’être entouré de démocraties. Dans un cours de géopolitique, l’Ambassadeur a décrit la situation des pays entourant Israël et fait part de ses craintes quant à leur capacité de connaitre une évolution démocratique.

Il a par ailleurs rejeté les accusations qui traitent Israël de pays d’apartheid. Les Arabes israéliens ont les mêmes droits que les Israéliens et à titre d’exemple, ils ont des élus au parlement, des juges à la cour suprême et l’arabe est une des langues officielles.

Il a enfin rappelé la position de l’Etat d’Israël : deux états pour deux peuples ; c’est la seule solution viable pour mettre fin au conflit. « La paix, on la fait avec ses ennemis, mais on ne peut la faire avec un pays qui veut la destruction de son ennemi ».

Roger Cukierman a fait part de ses préoccupations concernant la progression de l’extrême droite, et notamment du Front National, mais aussi de l’extrême gauche – en déplorant que cela  soit « in » d’être anti sioniste. Israël est le seul pays qui en France fait l’objet d’actions de boycott, alors que c’est un pays démocratique. Ni la Chine, ni le Quatar, ….ne sont la cible de boycott !

Par ailleurs, les violences physiques ont augmenté de près de 40% et on assiste à un véritable déluge anti sémite sur internet. Tout en regrettant que certains juifs envisagent de quitter la France, Mr Cukierman se demande qui pourrait le leur reprocher de vouloir préserver leurs enfants ?

Mais la plus grande préoccupation pour le CRIF, c’est le djihadisme et plus particulièrement le retour des personnes ayant combattu en Syrie. « Nous sommes en situation de guerre contre le djihad ».

Le Président du CRIF a affirmé : « l’antisémitisme, ce n’est pas le problème des juifs, mais le problème de la France » et a apprécié la communauté de pensée dans ce combat avec le Gouvernement.

Yves Le Tallec, Conseiller général du Bas-Rhin représentant le Président du Conseil Général, a relevé que ce dîner est une occasion supplémentaire pour les autorités civiles et religieuses de partager les mêmes valeurs. Il a proposé de réfléchir ensemble aux pertes de valeurs, au rôle de la famille, de l’école afin de ne pas laisser la place libre aux prédicateurs. Par ailleurs, en travaillant sur la mémoire, on peut endiguer les extrémismes. « Violences et exclusions ne résolvent rien », a-t-il dit.

François Loos, Vice-Président de la Région Alsace représentant le Président de la Région Alsace, s’est inquiété de la montée des extrêmes et de la place des députés du Front National. Il est déterminant de lutter contre les idéologies extrémistes et l’appel à la haine. La classe politique doit se montrer ferme. « On ne transigera pas avec la sécurité ». « Le judaïsme a sa place dans la communauté ». C’est pour ces raisons que la Région Alsace soutient le dialogue inter religieux et les actions mémorielles. « L’Alsace est une terre d’accueil, de dialogue et de partage ».

Le Préfet Stéphane Bouillon a remercié le CRIF d’organiser un tel moment de rassemblement et de « représenter aussi fortement la Communauté d’Alsace ». Il a affirmé que le nationalisme agressif et la xénophobie sont un dévoiement du patriotisme, notamment au moment où on commémore la Grande Guerre et le Débarquement. 

La lutte contre le djihadisme est une priorité de l’Etat, qui se préoccupe de ces jeunes qui ne connaissent pas la religion dont ils se revendiquent.
En Alsace, chacun doit pouvoir exercer librement et en sécurité sa religion. C’est dans cette perspective que l’Etat continuera à s’investir aux côtés du CRIF.

Le Préfet a insisté sur le fait que tout le monde – l’Education Nationale, les associations, …-  a son rôle en matière de prévention, d’éducation, de transmission de la mémoire, mais aussi dans l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’Homme. Il faut construire l’avenir et lutter contre le doute et la désespérance. Il est possible de faire plus que vaincre la haine. Il faut construire l’avenir et l’espoir.

Photos : Claude Truong-Ngoc