Se connecter

Horaires de Chabbat

Vendredi 2 juin
Allumage avant 21h10

Samedi 3 juin
Sortie de Chabbat : 22h21

E-MAGAZINES

Télécharger les derniers numéros de nos magazines

Chabbat Chalom 2323
Chabbat Chalom 2322

Judaicia

Janine Elkouby parle du Consistoire

Après Michèle Jablon, c'est au tour de Janine Elkouby de nous parler de son implication au sein du Consistoire Israélite du Bas-Rhin. Professeur agrégée de lettres classiques à la retraite, écrivain, elle a été élue au Consistoire en 2006 et occupe le poste de vice-Président. Conférencière reconnue, Janine Elkouby est également présidente de l'Amitié judéo-chrétienne de Strasbourg et membre de la Wizo, de la Coopération Féminine et du Conseil International des Femmes Juives. Elle a écrit plusieurs ouvrages.

- Pourquoi siégez-vous au Conseil du Consistoire ?
- J'ai lutté pour que les femmes, exclues jusque là de l'éligibilité, aient enfin accès à ce Conseil afin de faire bénéficier l'institution et la communauté en général de leurs compétences et de leur engagement.

- Quelles sont les missions du Consistoire, selon vous ?
- Sa mission principale, qui se décline de différentes façons, est de veiller aux intérêts de la communauté, d' assurer à cette dernière les moyens de préserver son identité dans ses multiples facettes et de se développer en harmonie avec la cité.

- Que représente pour vous le Consistoire ?
Le Consistoire est l'organe représentatif de la communauté, l'interlocuteur unique des pouvoirs publics pour tout ce qui la concerne. Il est l'instance où des idées nouvelles devraient pouvoir germer, où des orientations nouvelles devraient pouvoir être envisagées, où des méthodes de gouvernance inédites devraient pouvoir être expérimentées.

"Une institution ouverte sur l'avenir sans être coupée du passé"

- Siéger au Consistoire, cela implique quoi ? Du temps, de l'énergie ?
- De l'énergie, certes, mais aussi de la réflexion, une exigence de transparence et de démocratie, une volonté d'agir en concertation avec les autres membres du Consistoire et avec ceux des Commissions administratives, le courage de défendre son point de vue et d'exprimer les désaccords éventuels, le souci permanent du bien commun...

- Quelles sont les actions concrètes que vous avez réalisées depuis que vous êtes au Consistoire ?
- Je suis chargée de l'interreligieux et de la communication. J'ai géré, avec d'autres, la célébration du bicentenaire des Consistoires, le rapprochement avec la communauté libérale pour la lecture des noms lors du Yom Hashoah, comme cela se fait depuis longtemps à Paris, les relations avec les autres institutions comme le CRIF...

- Un Consistoire fort, cela signifie quoi pour les juifs du Bas-Rhin ?
- Une institution saine sur le plan financier, certes, mais aussi une institution ouverte sur l'avenir sans être coupée du passé, respectueuse de ses membres, soucieuse des jeunes et de l'éducation, attentive aux menaces du temps et capable d'y répondre avec fermeté, calme et mesure, soucieuse de prendre en compte tous les Juifs, quel que soit leur niveau de religiosité et de les inclure.

- Quels sont les chantiers sur lesquels le Consistoire et la nouvelle équipe devront travailler à moyen et long terme ?
- La préservation de la communauté face à l'assimilation et à la perte de substance d'une part, mais aussi face au grignotage de sa posture de juste milieu par des pratiques rigoristes, présentées comme le nec plus ultra de la religiosité et oublieuses du message éthique de la Tora et de sa leçon d'amour et d'indulgence à l'égard de l'autre.