Se connecter

Horaires de Chabbat

Vendredi 24 mars
Allumage avant 18h33

Samedi 25 mars
Sortie de Chabbat : 19h33

E-MAGAZINES

Télécharger les derniers numéros de nos magazines

Chabbat Chalom 2315
Chabbat Chalom 2314

Judaicia

La disparition de Gilbert May

Gilbert May est décédé, ce début de semaine, à l'âge de 88 ans. Ancien grand résistant, issu d'une famille juive de Westhoffen, il demeurait très investi dans la défense de ces valeurs, notamment auprès des jeunes étudiants. Le Consistoire Israélite du Bas-Rhin et la Communauté Israélite de Strasbourg perdent un être cher. L'inhumation a lieu ce mercredi à 11h au cimetière de Cronenbourg.

Souvenir d'un ancien résistant interné à Dachau, par Gilbert May.

Allocution prononcée au cimetière de Cronenbourg à l'occasion de la cérémonie de commémoration de la Déportation, le 23 septembre 2000. Publiée sur le site du Judaïsme alsacien

Il y a maintenant 55 ans que nous avons été libérés par les Alliés de ces camps de la mort qu'on appelait "camps de concentration".
Chaque année, mes compagnons de misère ont évoqué leur martyrologe, et je voudrais ce soir rappeler quelques événements de mon parcours, allant du Maquis de la Creuse jusqu'à Dachau.

Arrestation et déportation

J'ai été arrêté à Saint-Dizier Leydennes près de Bourganeuf, où nous avons été accrochés par un régiment de la Division Das Reich qui montait vers la Normandie. Nous étions un groupe de 60 contre 1200 SS armés de mitrailleuses lourdes et de mortiers. 
Neuf blessés dans le groupe dont moi, une balle m'ayant traversé la gorge, mon frère Jean-Pierre, présent à mes côtés m'a mis un pansement autour de la gorge et tous les blessés étions allongés dans l'herbe. Quand les SS ont foncé sur nous, mon frère m'a mis debout, les huit blessés restant allongés ont été abattus d'une balle dans le crâne.

Après de multiples événements, j'arrive à la Prison de Clermont-Ferrand sous le nom de Jean Michot. Devant l'avance des Alliés, toute la prison par sur le Struthof. Nous sommes entassés par cent par wagon de bestiaux et voyageons soixante heures dans des conditions d'hygiène épouvantables et sans rien boire ni manger.

Ne pas boire soixante heures, c'est très dur, et à chaque fois que je flanchais, me venait à l'esprit Chameau et la troupe E.I. Cerf Beer dont je faisais partie. Or, à chaque sortie du dimanche, nous emportions à manger et à boire, et arrivés au lieu d'excursion il nous visait nos gourdes, disant "si vous avez soif, sucez des cailloux", et chaque fois je me disais "tiens le coup sinon tu te feras gronder par Chameau".

D'un camp à l'autre

Je me rappelle également qu'étant dans un commando à Augsbourg où nous creusions une usine souterraine pour Messerschmitt, j'ai attrapé une double pneumonie. Au camp, pas question d'aller à l'infirmerie si on n'avait pas quarante de température. Je me suis écroulé au travail et retrouvé à l'infirmerie, couché sur une paillasse infecte. Pas de médicaments ; j'étais en train de mourir quand dans mon semi-coma j'ai entendu une voix qui venait probablement du ciel et qui me disait : "tu n'es pas seul, je t'aiderai, serre les dents". Et deux jours plus tard je me suis retrouvé à Dachau dans un bloc de quarantaine où j'ai pu récupérer.

Puis un jour, appel dans les blocs de quarantaine, et 1014 déportés non-juifs sont enregistrés pour partir en commando. J'apprends par un secrétaire lorrain du Secrétariat au Travail que ce convoi part pour Auschwitz. Je dis à ce camarade, également résistant, que je ne peux pas partir pour Auschwitz, et il arrive à me rayer de la liste, me faisant partir pour un autre commando.

Je signale qu'environ 4500 français non-juifs ont été tatoués à Auschwitz.

Je suis donc parti à mon grand soulagement au commando de Kaufering Landsberg, situé en pleine forêt. Notre camp de non-juifs était entouré de sept petits camps de Juifs. Honfroisckle, le chef SS des huit camps était un ancien responsable des chambres à gaz d'Auschwitz. 
Nous étions en train d'installer une nouvelle baraque quand je l'entends dire à haute voix au kapo qui nous surveillait : "Ich riche das Juden hudert meter weit" ("je peux sentir un Juif à cent mètres", et j'ai prié, disant "pourvu qu'il ait un rhume et ne sente plus rien".

Puis, vers le 15 avril, départ en marche forcée deux jours, où les traînards étaient abattus immédiatement. Nous arrivons à Dachau où il y a une terrible épidémie de typhus. Nos camarades meurent par centaines et les crématoires n'arrivent plus à suivre. Les cadavres sont entassés devant les blocs et nous devons marcher sur eux pour rentrer dans nos chambrées.

Enfin, 29 avril, on entend des coups de canons et de fusils, et à 17h les troupes américaines rentrent dans le camp. Enfin nous pourrons revivre.

Les Juifs fusillés en par les nazis

Mais je voudrais ce soir, associer également dans le souvenir du martyr du peuple juif, durant cette période de 1940 à 1945 tous nos coreligionnaires fusillés en France par les nazis.

Je voudrais rappeler aux jeunes ici présents qu'au début du combat nous n'avions pas d'armes, et que les armes il fallait les prendre aux Allemands, et donc les attaquer pour leur prendre leurs revolvers et cartouches, il fallait également saboter les usines qui travaillaient pour l'armement du Reich nazi. Or à chaque action les nazis prenaient cinquante ou cent otages qui étaient soit désignés par les autorités françaises, soit raflés dans les rues des villes où ces attentats étaient commis, et l'on arrêtait plus particulièrement des Juifs.

Nombre d'entre eux ont été fusillés, et souvent leurs noms ont été placardés pour l'exemple. D'autres ont été exécutés par la Milice, cette Gestapo français, et je voudrais rappeler le souvenir de la tragédie du Puis de Guerry dans le Cher.

Fin juillet 1944, les Allemands et la Milice ont arrêté à Saint-Amand-Montrond une centaine de Juifs, femmes, hommes, enfants, vieillards, et les ont transportés à la prison de Bourges, où la Milice est venue prendre les hommes et les femmes, les entassant à coups de crosse dans une camionnette où pouvaient prendre place quinze personnes. 
Arrivés dans un endroit perdu tout près de Bourges, au domaine de Guerry, les femmes sont séparées des hommes. Puis les miliciens français font descendre les hommes par groupes de six, refermant à chaque fois la bâche du camion, interdisant toute vue sur ce qui se passait à l'extérieur. 
Quand vint le tour du dernier groupe, en sautant du camion, un détenu arrive à s'enfuir, évitant les coups de feu tirés par les miliciens qui le recherchent une partie de la nuit. 
Epuisé, les vêtements déchirés car il avait rampé entre les broussailles, il trouve refuge dans une ferme où malgré les risques d'un contrôle de la région par les miliciens, on l'héberge pendant trois jours. Puis il se rapproche de ferme en ferme jusqu'à Saint-Amand, où le 15 août, après la Libération, il alerte les autorités leur racontant ce qu'il avait vécu. Son exposé un peu chaotique n'est pas pris au sérieux, on le traite de fou.

Le 6 septembre, Bourges étant libérée, quelques familles juives partent, accompagnées du rescapé à la recherche de la ferme abandonnée, mais le survivant Krameisen ne reconnaît pas l'endroit d'où il s'est sauvé. Peu après l'on retrouve le fermier qui avait hébergé Krameisen, et après de longues recherches on trouve au fond d'un premier puits, après avoir enlevé des kilos de pierres et de sable, les corps de 25 hommes qui ont été jetés vivants dans ce puits. Continuant les recherches, on trouve dans un deuxième puis les corps des huit femmes, également jetées vivantes dans le puits, et mortes étouffées sous les pierres et les gravats jetés par la Milice française.

Ce sont ces mêmes miliciens qui ont exécuté mon père Félix May d'une balle dans le crâne, et dont le corps a été retrouvé flottant dans le canal de Saint-Amand-Montrond.

Oui, je voulais associer le martyr de ces Juifs, résistants ou non, morts en France, qui n'ont pas leur nom à Yad Vashem ou au Musée de l'Holocauste à Washington, parce qu'ils n'ont pas été déportés, mais je pense que leur mémoire et leur souvenir doit être joint à celui de toutes les victimes de la Shoah.

L'obligation du souvenir

 

Enfin je voudrais lancer un appel à tous les enseignants des écoles juives et à tous les responsables des mouvements de jeunesse de cette ville :
Dans très peu de temps, il n'y aura plus de survivants pour témoigner, alors il faut que ce soit vous qui preniez l'engagement que chacun de vous emmène l'année prochaine une délégation de chaque école et de chaque mouvement de jeunes, afin que dans cette salle remplie de jeunes nous puissions leur transmettre notre message : "Zakhor", "n'oubliez jamais". Car si par malheur vous ne continuiez pas à rappeler le souvenir de cette tragique période, six millions de nos frères juifs, victimes du nazisme, seraient morts pour rien.