Se connecter

Horaires de Chabbat

Chabbat Chouva - Haazinou

 

שבת שובה - האזינו

 

Vendredi 25 SEPTEMBRE

Allumage des bougies :

entre 18h06 et 19h07

Intervention de M. le Rabbin Mendel SAMAMA,
en la Synagogue de la Paix

 

YOM KIPPOUR 

יום כפור

dimanche 27 SEPTEMBRE

Kol Nidré

Lundi 28 SEPTEMBRE

Yom Kippour / Fin du jeûne : 19h58

E-MAGAZINES

Télécharger les derniers numéros de nos magazines

CHABBAT CHALOM N° 2490
CHABBAT CHALOM N° 2489
Echos Unir : spécial ROCH hachana

RADIO

 

écoutez LA RADIO EN LIVE

Le Concordat préservé !

Jeudi dernier, le Conseil Constitutionnel rendait une décision attendue par les cultes d'Asace-Moselle, et donc par la communauté juive du Bas-Rhin. Les Sages ont préservé les drois cultuels locaux qui existent dans ces deux régions depuis 1946, droits plus connus sous le nom de Concordat. Francis Lévy, Président du CIBR, s'exprime quant à cette décision d'importance. 

Francis Lévy (Président du Consistoire Israélite du Bas-Rhin) : "Nous avons eu le réconfort d'apprendre la décision du Conseil Constitutionnel. C'est un très grand évenement, bien entendu. Désormais, il n'y aura plus de doute possible sur les dispositions découlant du Concordat et tout ce qui en relève. La rémunération des Ministres officiants n'est qu'un point de l'ensemble des droits inclus dans ce Concordat. Il y a des choses plus profondes encore."

"Le Conseil Constitutionnel a clairement dit que l'on ne revenait pas sur des décisions approuvées en son temps par l'Etat Français. C'est une grande satisfaction. Je tiens à remercier les avocats et en particulier Me Marcantoni pour son sérieux et son investissement dans ce dossier. Il a su présenter, lors de l'audience, des arguments irréfutables."

"Je ne préfère mieux ne pas penser aux conséquences en cas de décision inverse. Mais cela aurait bouleversé beaucoup de choses, c'est évident. Toute la situation laïque du Concordat aurait été remise en cause, comme le régime de Sécurité Sociale et les jours de congés spécifiques en Alsace-Moselle. Le terme de modernisation a également été employé pour tenter de faire évoluer ce Concordat. Je reste très prudent à ce sujet."

L'intégralité de la décision du Conseil Constitutionnel

La réaction de Roland Ries, Sénateur-Maire de Strasbourg

La réaction de Philippe Richert, Président de la Région Alsace