Se connecter

Horaires de Chabbat

Vendredi 29 septembre
Allumage avant 18h55

Samedi 30 septembre
Sortie de Chabbat : 19h57

E-MAGAZINES

Télécharger les derniers numéros de nos magazines

Chabbat Chalom 2339
Chabbat Chalom 2338

Judaicia

Le Pr. Dreyfus invité par le CRIF Alsace

S’est tenue mardi 19 mai, dans la belle salle de conférence des nouvelles archives départementales à Strasbourg, une intervention du Pr. Jean-Marc Dreyfus, agrégé d’histoire, Docteur de l'Université de Paris 1, historien, Maître de conférences à Manchester. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages autour de la Shoah et de la Seconde Guerre mondiale. Thème : "Camps de concentration, camps d'extermination, 70 ans après".

Cette manifestation a fait salle comble. Elle était organisée en partenariat avec les archives départementales et le Centre Européen du Résistant Déporté, par le collectif réuni autour du CRIF Alsace pour la commémoration des 70 ans de la libération des camps nazis.

Comme l’a précisé l’intervenant, il s’agissait plus de l’ouverture et de la découverte des camps après leur abandon par les nazis en fuite que d’une libération par les armées alliées.

Après le temps nécessaire aux rescapés pour surmonter les conséquences physiques et psychologiques de leurs souffrances, dès le début des années 50, le travail d’information et d’éducation est entrepris avec, par exemple, le film « Nuit et Brouillard » commandé auprès d’Alain Resnais. Mais très rapidement aussi la négation essaie de s’instiller dans les esprits, dès 1948, avec le livre du beau-frère et meilleur ami de Robert Brasillach « Nuremberg ou la Terre promise » qui sera condamné en justice.

Des tentatives de banalisation politiques se développeront aussi dès les années 1960  avec, à droite l’assimilation de l’univers du Goulag, et à gauche les camps de la guerre d’Algérie.

Etapes

Des scandales sur la compromission d’hommes politiques, la traque des tortionnaires, voire la volonté au début des années 60, en France, d’ouvrir les fosses communes des camps pour rapatrier les nationaux français vont constituer autant d’étapes dans la remise en cause de l’approche historique de cette tragédie entre devoir d’histoire et de mémoire.    

Aujourd’hui, s’achève une période importante de l’enseignement de la Shoah avec la fin de la construction des grands mémoriaux et la disparition des derniers témoins vivants.

Le Pr. Dreyfus a  mis en exergue qu’au-delà des grands camps principaux sur lesquels s’était  focalisé l’enseignement, c’est un véritable univers SS qui s’organisait dans l’exploitation des déportés dans de nombreuses « succursales » géographiques appelées Kommando.

Retranscrire pleinement

Il cita l’exemple du Struthof, avec sa quarantaine de « sous-camps », dont Obernai où près de 200 déportés travaillaient à la rénovation d’un immeuble en école de Helferin, auxiliaires féminines de la SS. Beaucoup de déportés ont ainsi connu plusieurs camps.

Le Pr. Dreyfus a aussi évoqué son travail de recherche sur la matérialité de la Shoah portant aussi bien sur son organisation, l’architecture des camps que le travail sur les corps. 

Il reste encore énormément à faire pour retranscrire pleinement les éléments historiques de ce génocide. Pour le Pr. Dreyfus, nous sommes aujourd’hui dans ce qu’il qualifie de phase « forensic » (application de techniques et méthodes scientifiques dans l’investigation des crimes).

L’intervention s’est conclue par des échanges avec le nombreux public présent et notamment avec les questions des Prs Robert Steegmann et Freddy Raphaël.

Un moment d’émotion particulier échu quand un participant évoqua son oncle disparu à Auschwitz par le convoi 74 de Drancy et que Mme Simone Pollak rappela qu’elle était dans ce même convoi qui connut peu de survivants après la sélection à l’arrivée.

A noter également la présence de Marcelle Levy, coordinatrice de PASSERELLES/FSJU pour la Région Est, ainsi qu’une quinzaine de personnes du public concerné.

Pierre Haas /CRIF Alsace